paroletsilencefheyoan

paroletsilencefheyoan

La trilogie Hunger Games : une réussite !...

Il est rare que je prenne le parti de parler d'un livre qui est dans l'air du temps, et surtout d'un film qui vient de sortir, adapté du livre en question. Mais j'ai tellement apprécié la trilogie de Suzanne Collins, Hunger Games, que je ne résiste pas au plaisir de l'évoquer ici... Voici de la littérature jeunesse que tout adulte peut découvrir avec grand intérêt et respect.

 

Bien sûr j'ai trouvé le sujet très violent, et les films le sont aussi, par conséquent... Mais il n'est pas si éloigné de la réalité pour certains peuples, que ce soit aujourd'hui ou par le passé.

 

Une dictature s'arrange pour maquiller la terreur qu'elle fait régner dans la population, en grande fête populaire ; en organisant des Hunger Games : des « jeux de la faim ». Ces jeux consistent à prélever dans chaque district deux enfants ou adolescents, pour les faire tous s'entre-tuer dans une arène virtuelle, afin que le meilleur gagne. Toute la population est contrainte d'assister aux épreuves de cette terrible télé-réalité, au fil des jours.

 

La rivalité est donc exacerbée entre les jeunes participants, qui doivent cependant se faire des alliés s'ils veulent se donner une chance de survivre un peu plus longtemps.

 

En réalité, toute la subtilité se situe dans le ressenti des personnages, ainsi que dans les réactions des populations parquées dans leurs districts. Tout le monde souffre déjà de la misère, de l'ordre imposé violemment, si bien que lorsque les jeunes sont enlevés à leurs familles pour aller se faire exécuter comme une fête, le malheur n'a plus de limites. Aussi, dès qu'une lueur d'espoir apparaît, en la personne de Katniss, la jeune archère surdouée, tout le monde est prêt à se rallier à son symbole, celui du merle moqueur.

 

Outre les sentiments qui surgissent et se renforcent entre les survivants au fil de l'histoire, de grands engagements voient le jour : ceux de la solidarité entre les populations malmenées ; de la révolte contre la terreur, malgré la peur ; d'un besoin de faire enfin triompher la justice pour tous.

 

Les trois tomes de Suzanne Collins présentent une gradation dans ces engagements tout à fait étonnante : de la simple survie individuelle dans le premier tome, à la survie de populations entières malgré les sacrifices inévitables dans le second, à la découverte qu'une nouvelle société est possible dans le dernier tome. Je les ai tous adorés, trouvant le second encore mieux que le premier, et le troisième encore mieux que le deuxième, ce qui est à mes yeux un tour de force !...

 

J'ai trouvé la première adaptation cinématographique assez bien rendue, mais j'ai déploré la perte des ressentis et des sentiments fins entre les personnages... Je n'ai pas eu cette impression pour le deuxième volet au cinéma, qui m'a paru remarquablement adapté du livre, si l'on excepte certains passages ( comme la découverte du district 13 qui m'a beaucoup intéressée dans le livre, et que j'aurais malgré tout aimé retrouver dans le film). Pour un long métrage de deux heures trente, cependant : une vraie réussite !

 

10/12/13



10/12/2013
1 Poster un commentaire
Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres